Article

Le stress au travail en chiffres

12/11/2020

En Belgique, de plus en plus de travailleurs souffrent d’une maladie de longue durée. 450.000 environ aujourd’hui, un tiers correspondant à une affection psychique liée au stress. Et les chiffres sont inquiétants pour l’avenir…

Une tendance à la hausse

Le monde du travail, c’était mieux avant ? Difficile à dire. En attendant, force est de constater que le stress gagne rapidement du terrain parmi les travailleurs. Alors que 30% d’entre eux « seulement » disaient souffrir de ce mal il y a 8 ans, ils sont désormais 45%. Alors, quelle explication ? La flexibilité poussée à l’extrême, la course au rendement, la déshumanisation du travail ? Probablement un petit mélange de tout ça. Une chose est sûre, les femmes (48%) sont davantage concernées que les hommes (42,2%), tout comme les seniors. Notre enquête montre en effet que plus le travailleur est âgé, plus il a de chances de se sentir sous pression.

Des secteurs plus stressants que d’autres

Bizarrement, l’instabilité générée par le statut de CDD ne semble pas susciter particulièrement d’anxiété. Au contraire, 30,5% des travailleurs en contrat à durée déterminée se disent stressés contre plus de 48% des CDI. En tout cas, en moyenne, parce que les chiffres varient grandement d’un secteur à l’autre. Sans surprise, les services financiers, l’enseignement et le commerce forment le triste trio de tête des métiers les plus stressants. Avec chaque fois une grande frustration : l’impression pour plus d’un travailleur sur deux qu’aucune prévention n’est mise en œuvre par leur employeur. Et pourtant les causes de ce stress sont bien identifiées.

Les principaux facteurs de stress

D’après une étude réalisée en 2019 par Bright Link, une spin-off de l’UC Louvain, 4 grandes causes expliquent l’augmentation du stress dans les entreprises. Principales d’entre elles : des directives de travail contradictoires (65%) et la charge de travail trop élevée (62%), auxquelles s’ajoutent l’hyperconnectivité (58 %) et la grande quantité d’emails reçus (54 %). En clair, des problèmes de management et d’organisation du travail, qui conduisent souvent les travailleurs à intérioriser et somatiser leur mal-être.

Les principaux symptômes du stress

Vous avez mal au dos, au cou ou aux épaules ? C’est un classique malheureusement. Près d’un travailleur sur 4 en Belgique se plaint régulièrement de tensions musculaires consécutives à la pression subie au boulot, alors que d’autres souffrent d’insomnies ou de problèmes intestinaux (14,5%). Mais les conséquences sont aussi et surtout psychologiques d’après cette même étude, puisque plus d’un travailleur sur 10 éprouve de l’anxiété, de l’irritabilité ou de la susceptibilité.

Les entreprises aussi victimes du stress

La situation n’est pas sans conséquence sur les employeurs. Au contraire. La qualité du travail s’en ressent, les personnes stressées ayant du mal à réaliser certaines tâches (11,3%), à se concentrer (10,1%) ou à prendre des décisions (9,8%).

Il est donc clairement dans l’intérêt de chacun de chercher à prévenir et à résoudre collectivement le stress au travail. Au sein même des entreprises et des administrations, mais aussi à l’échelle globale de la société. Qui n’est pas en effet déjà arrivé stressé le matin au travail après avoir passé une heure dans les transports en commun ou dans les bouchons ? C’est la raison pour laquelle Solidaris veut œuvrer en faveur du bien-être au travail et de l’équilibre vie privée-vie professionnelle. Rejoignez-nous dans ce combat en signant la pétition Restons solidaires.

Sources : Institut Solidaris (2019) / Etude Bright Link (2019)

Vous souhaitez rester au courant ?

Nous vous tenons au courant des étapes de la pétition

    J'accepte que mes données soient conservées et utilisées par Solidaris pour répondre à ma demande de contact