Article

Pourquoi un médicament peut vous coûter 2 millions d’euros ?

22/09/2020

Acheter du Zolgensma coûte 1,9 million d’euros ! Exorbitant pour un médicament ? Et comment ! Si le cas est extrême, l’arrivée de traitements innovants au coût élevé tend à se généraliser. Pourquoi et comment contre-attaquer ?

Qui pourra encore s’offrir le traitement qui soignera son cancer, sa maladie rare, sa dégénérescence des muscles… Nous sommes déjà nombreux à reporter nos soins de santé faute de moyens financiers et de moins en moins à pouvoir assumer les 1 100 euros par an de frais de santé à notre charge, alors des médicaments à plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’euros…

Il n’empêche, les traitements innovants et ciblés contre le cancer ou ceux capables de soigner des maladies rares affichent des prix complètement fous, inabordables, pour ne pas dire abusifs. Sans parler du fait que la Sécurité sociale, dans ces conditions, peine et peinera de plus en plus à soutenir de telles dépenses et ne pourra plus garantir l’accès aux traitements pour tous.

Qu’est-ce qui détermine le prix d’un médicament ?

Les firmes pharmaceutiques fixent le prix de leurs médicaments. Celui-ci dépend de plusieurs facteurs :

  • le nombre d’années de recherche et
  • développement, d’essais, de tests
  • la rareté de la molécule
  • la complexité de fabrication (parfois à partir
  • d’organismes vivants)
  • le peu de patients concernés
  • le risque d’investissement / d’échec
  • le bénéfice thérapeutique

Cela n’excuse toutefois pas tout. Surtout lorsqu’on sait qu’un laboratoire peut récupérer jusqu’à 10 fois son investissement en à peine quelques années selon plusieurs études avancées par l’OMS. Et que souvent des fonds publics ont été alloués pour les recherches…

Mais les prix, les gouvernements les « négocient » aussi… Chez nous, le prix maximum est une décision ministérielle ! Toutefois, dans les faits, les marges de négociation sont faibles et les sociétés pharmaceutiques semblent souvent avoir le dernier mot.

La TVA appliquée aux médicaments en Belgique n’aide pas à faire baisser leur prix. Chez nous, les patients paient 6% de TVA sur leurs médicaments alors qu’en France ils ne déboursent que 2,5% et, dans plusieurs pays européens, la TVA est carrément nulle !

Quant au remboursement, c’est la firme pharmaceutique qui décide si elle demande à l’Inami que son médicament soit remboursé ou pas ! Là également, des contrats se négocient, souvent secrètement.
Au final ? L’industrie pharmaceutique pèse de tout son poids, et remporte souvent la mise, pour tout ce qui concerne le budget et le prix des médicaments…

Contrer la marchandisation des soins de santé

Des choses se mettent néanmoins en place. Certains États s’allient pour discuter avec les géants de la pharma. C’est le cas de la Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas, rejoints par l’Irlande.

Chez Solidaris, nous refusons que les nouveaux médicaments soient jusqu’à 10 fois plus chers et que certains atteignent des prix stratosphériques. C’est pourquoi nous plaidons pour un prix européen équitable et transparent pour les médicaments innovants, bref des innovations pharmaceutiques répondant aux besoins à des prix acceptables. Nous voulons également que l’industrie pharmaceutique soit responsabilisée sur le respect de son budget. Enfin que chacun puisse systématiquement choisir le médicament le moins cher.

Vous pouvez nous aider à faire pencher la balance et à interpeller nos politiques sur la nécessité de médicaments moins chers. Signez la pétition pour des soins de santé de qualité accessibles à tous !

Vous souhaitez rester au courant ?

Nous vous tenons au courant des étapes de la pétition

    J'accepte que mes données soient conservées et utilisées par Solidaris pour répondre à ma demande de contact